Hey, les gens, grande nouvelle : j’ai un nouveau partenaire !
Mais ne vous inquiétez pas pour Monsieur Mari, il n’est pas en train de pleurer sur des gâteaux qu’il n’aura plus,  mon nouveau partenariat concerne la gastronomie.
En effet, l’épicerie fine en ligne Louis Septim a choisi de s’associer au blog de Kat pour vous faire découvrir ses produits.

Parce que je ne cours pas après les produits gratuits mais plutôt après les jolies rencontres, j’ai pris le temps de découvrir qui se cachait derrière cette jeune marque. Avec mon plus beau sourire, j’ai attrapé mon téléphone et joué les indiscrètes directement auprès de son fondateur. (Et un sourire au téléphone, ça s’entend, si si !).

C’est l’histoire d’un monsieur, gourmand en premier lieu, qui vient de la boucherie-charcuterie industrielle et qui croit depuis longtemps à la valeur de l’artisanat culinaire français.
Il s’entoure alors de petits producteurs 100% français pour proposer les valeurs sûres de la gastronomie française (tartares de homard, foies gras entiers, suprêmes d’escargots, terrines, rillettes, soufflés..).
Et quand je parle de petits producteurs, on est vraiment dans l’entreprise familiale…  La plus grande exploitation ne compte qu’une cinquantaine de salariés, et la plus petite, juste  2 : le père et le fils !!!
Tout est conditionné en verrines appertisées, avec 2 avantages : d’abord ce sont des contenants en verre, donc recyclables et/ou réutilisables et puis, dans une verrine le produit se bonifie avec le temps… un peu comme les vins.

.. Le monsieur est sympathique, fourmille d’idées pour la suite …. et vous conviendrez qu’une marque qui tire son nom d’une référence à Louis de Funès (dans son rôle de M. Septime, du film Le Grand Restaurant) mérite un peu d’attention, non ?

J’ai testé pour vous 2 des confitures de Louis Septim (dure dure, hein, la vie de blogueuse !)… La confiture douceur de lait et caramel salé (tout un programme) et celle “citron façon tarte au citron” qui m’a inspirée ces macarons.
C’est une confiture qui n’est pas acide, avec en fin de bouche la petite amertume des zestes. De la poudre d’amandes apporte l’aspect sablé, et comme elle est bien équilibrée en sucre, elle trouve sa place dans ces macarons sans que l’ensemble vous plombe la bouche de sucre.

Pour une vingtaine de macarons
Les coques :
100g de sucre glace
100g de poudre d’amandes torréfiée
100g de sucre semoule
2 fois 38g de blancs d’œufs
2,5cl d’eau
colorant jaune en poudre

Remarque : ainsi que le conseille C. Felder dans son livre Patisserie!, j’ai utilisé des blancs non vieillis (mais à température ambiante)… et ça marche très bien.

Mixez ensemble le sucre glace et les amandes torréfiées (je torréfie 15 minutes à 150°C en remuant toutes les 5 minutes), puis tamisez-les.
Ajoutez la première partie des blancs et le colorant, mélangez jusqu’à l’obtention d’une pâte d’amandes jaune.

Préchauffez le four à 160° en chaleur tournante, la lèche-frite à l’envers sur le plus bas rayonnage.
Installez le reste des blancs dans le bol du robot.

Faites un sirop avec l’eau et le sucre semoule, quand il atteint 110°C, commencez à monter les blancs.
Versez le sirop à 119°C sur les blancs (le long de la paroi, pas sur le fouet) et continuez à battre 5 minutes jusqu’à ce que la meringue tiède fasse des pics.
Changez le fouet pour la feuille du robot, ajoutez la pâte d’amandes à la meringue et faites tourner à la plus petite vitesse le temps d’obtenir un mélange lisse qui fasse le ruban.
Remplissez une poche à douille lisse, et pochez vos coques de macarons sur une plaque recouverte de papier cuisson.
Tapez la plaque sur le plan de travail pour libérer les bulles d’air et enfournez pour 13 minutes.
(Moi j’ouvre la porte du four brièvement toutes les 3 minutes au cas où il y aurait de la vapeur d’eau à évacuer, et je tourne la plaque à mi-cuisson).
Laissez refroidir quelques minutes avant de décoller les coques.
Pour ces quantités, vous obtiendrez 2 plaques : ne dressez pas la 2e à l’avance, ces macarons ne croûtent pas.

Pour la garniture :
1 pot de confiture au citron façon tarte au citron Louis Septim
1 feuille de gélatine

La veille, faites tremper la gélatine 15 minutes dans l’eau.
Faites tiédir la confiture dans une casserole anti-adhésive, essorez et dissolvez la gélatine dedans. Mettez dans un pot, laissez refroidir et prendre jusqu’au lendemain.

Fourrez les macarons, puis laissez-les maturer 24 h au moins au frigo (dans une boite hermétique) avant de déguster.macarons citron louis septim (1)

[Article Sponsorisé]