Cake Design et Pâtisserie Décorative

Wedding cake Charleston (et conseils de transport)

plumes en wafer paper

Comment je me suis retrouvée à transporter un wedding cake sur 300 kms.

Ambiance noir-et-blanc : Cette histoire, msieurs-dames, commence en 1930.

charleston-cake

Y’avait cette petite pépé et ce grand gaillard qui s’étaient tapés dans l’œil… Oh, j’les voyais bien, ça fricotait dur et ça s’lançait des œillades en coin à chaque bal. Et puis un jour, le gazier, il s’est enfin décidé… ou alors c’est ptet bien la donzelle qui a pris les devants, c’était pas une mijorée, celle-là !

Toute la clique a été appelée à la rescousse, fallait être sûr que le Maire fasse ça bien, tiens…
Et pour le gâteau, z’ont fait appel à la meilleure…. C’est qu’le défi était de taille : prévenus 3 semaines à l’avance, un gâteau pour 100 personnes qui devait voyager sur 300 kms…. Y’avait que Kat-la-tambouille et son acolyte de Monsieur Mari pour assurer !

cake-charleston

Mission réussie !
Et pour vous montrer et vous expliquer comment je m’y suis prise, je remets la couleur.

charleston-wedding-cake

Un gâteau de mariage thème Charleston, on fait comment :

Ce wedding cake Charleston est composée de 4 étages (diamètres 30/25/20/15 cm) de gâteau (au yaourt), punché au sirop parfumé à la fève tonka, garni et lissé avec une ganache chocolat au lait. (Pour le gaillard, un dessert est au chocolat ou n’est pas).

La dentelle comestible est faite avec une préparation prête à l’emploi de ce type, dans ce moule*, puis coupée pour séparer les motifs.

La fleur est en gumpaste*, collée sur le gâteau avec du glaçage royal.

– Et surtout, les plumes et les froufrous sont faits en wafer paper (papier azyme) : ce n’est pas compliqué du tout à utiliser, une paire de ciseau et vous y êtes !
En revanche, c’est trrrrrès long à coller, j’ai fini tous mes petits triangles à 4h du matin.
Ca se colle à l’eau (à peine un peu, sinon ça gondole). Pour ce rendu frou-frou, il faut aussi « friser » chaque triangle après l’avoir découpé (comme pour les bolducs) pour qu’il rebique.

C’était ma première utilisation de wafer paper, après maintes réflexions, j’ai choisi de prendre un papier d’épaisseur 0,6mm. Il fallait que ce soit assez souple sans être cassant.

Ensuite, voici quelques conseils pour tranporter un wedding cake :

– Vous pouvez, si la déco et le planning sur place le permettent, le transporter démonté (chaque étage dans son carton). Il faut pour cela avoir de la surface au sol du coffre de la voiture pour ne pas avoir à empiler les boites, et emmener de quoi coller les étages entre eux.

– Une voiture climatisée, ou un mariage polaire sont un plus dans tous les cas.

Moi, j’ai opté pour la version allez-hop-jtemmene-tout-prêt.

L’avantage (en plus de ne pas partir à l’aventure sans savoir de quoi on va disposer là-bas comme place ou temps), c’est que monté, un wedding cake de la sorte, ça pèse un âne mort : vous pouvez prendre vos virages sans grincer des dents, il ne glissera pas d’un bord à l’autre du coffre (notez bien qu’il faut quand même un grand coffre, de toute façon).
L’inconvénient ? … c’est qu’il pèse un âne mort.
Voyez avec vos biceps, ils comprennent de quoi je parle. (Pensez à avoir installé votre gâteau dans une boite ou en tout cas sur un grand plateau pour l’attraper aisément et le transporter à plusieurs)

Un wedding cake, c’est comme un sumo :
Plus il a des grosses fesses, plus son centre de gravité est bas et plus il est stable.
La forme pyramidale (avec une bonne base large et une dégressivité régulière des diamètres des étages) me semble être la plus adaptée à un long trajet.
Les gâteaux avec un étage central plus haut que large (double barrel) sont très jolis… mais présentent un point de faiblesse évident.

Utilisez la ganache de couverture comme élément structurant : avec un ratio de crème inférieur à celui utilisé habituellement (voir mon article sur la réalisation d’un wedding cake).
Par exemple au lieu de faire un ratio de 2,5 pour ma ganache au lait, j’ai fait 2,8.
Avec moins de crème, elle sera plus ferme et tiendra mieux.
J’ai également doublé son épaisseur. Autour de mon gâteau, elle faisait 2cm. C’est beaucoup, mais faut ce qu’il faut. On n’a rien sans rien. C’est comme ça et pi c’est tout. Un tiens vaut mieux que 2 tu l’auras et qui dort dîne.

Bravo! Vous avez passé plusieurs dizaines d’heures à réaliser ce gâteau et pris toutes les précautions pour que votre chef-d’oeuvre arrive entier ?
Les mariés peuvent maintenant allègrement le découper en morceaux en quelques minutes…

wafer-paper-charleston-cake
cake-papier-azyme

(Vous la sentez, la petite pointe de frustration ?.. l’envie de leur sauter à la gorge en leur disant « si tu touches à MON gâteau, jte fais manger ton nœud-pap' » .. ? tout va bien, c’est rien, vous décompensez… c’est le post-partum du cake designer. Ca va passer !!)Et une dernière photo pour la route :

Et vous, votre mariage de rêve c’était sur quel thême ?

Crédit photos : Dante Onyrium


* Le sachiez-tu : les liens suivis d’un astérisque sont des liens affiliés.

Maintenant, tu saches.

2 Commentaires

Commenter